Une convention entre Algeria venture et Schlumberg dans le domaine des technologies et de l’énergie

95 0

L’accélérateur public de startups A-Venture a signé, mercredi à Alger, une convention avec la Fondation Schlumberg pour accompagner les startups actives dans le domaine de l’énergie en matière de technologie et d’expertise managériale.

La convention a été signée par Sid Ali Zerrougui, directeur général d’Algérie Venture, et le directeur de la Fondation Scholmberg Afrique du Nord, Reda Kalkouli, en présence du ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l’Economie de la connaissance et des startups, Yassine El Mahdi Walid, président de la chambre de commerce algéro-américaine, Karim Sid Ahmed, et des représentants de l’ambassade des USA en Algérie.

« Le partenariat entre Algeria Venture et Schlumberger encouragera les start-up les plus innovantes et les porteurs de projets innovants dans le secteur de l’énergie, qui est important pour l’économie nationale », a déclaré M. Walid.

A cet égard, le ministre délégué a souligné le rôle des startups algériennes et de leurs innovations dans le domaine de la transition énergétique, qui représente un « enjeu important » pour l’Algérie.

De son côté, M. Zerrougui a précisé que, dans le cadre de cet accord, il s’agira « d’intégrer les startups algériennes dans la transformation numérique du secteur pétrolier ».

« La signature de cet accord permettra aux startups algériennes de se développer davantage au-delà de nos frontières et d’exporter vers les pays de la région », a-t-il ajouté.

M. Zerrougui a également évoqué la participation de Algeria Venture à l’organisation du symposium « North Africa Energy Tech » avec la Fondation Schlumberg, dans le cadre de ce partenariat.

L’événement, qui sera organisé du 23 au 26 mai 2022 au Centre international de conférences d’Alger, verra la participation de six startups parmi près de 80 institutions présélectionnées.

De plus, dans le cadre de cet accord, la Fondation Schlumberg allouera une partie de ses dépenses domestiques aux startups algériennes, en leur permettant d’atteindre leurs « premiers marchés », et en leur imposant des conditions en termes de normes, de performances et de solutions, ainsi qu’en les aidant pour accélérer la « monétisation » de leurs idées, selon M. Kalkouli.

Related Post