Mercedes-Benz ouvre un nouveau centre technologique

229 0

Mercedes-Benz a ouvert vendredi un nouveau centre de logiciels de 200 millions d’euros à Sindelfingen en Allemagne, son dernier investissement dans le renforcement des capacités logicielles internes alors qu’il s’efforce de mettre sur le marché son propre système d’exploitation MB.OS d’ici 2024.

Environ 750 des 3 000 nouvelles recrues que le constructeur de voitures de luxe prévoit de recruter dans le monde entier pour développer le système d’exploitation ont été embauchées à Sindelfingen, travaillant sur des fonctionnalités allant du divertissement embarqué à la conduite autonome.

Le centre fait partie d’un effort plus large de Mercedes-Benz pour rationaliser sa stratégie logicielle à partir d’une approche patchwork intégrant la technologie d’un large éventail de fournisseurs, pour contrôler le cœur de son offre logicielle elle-même.

« Nous assumons la responsabilité de l’architecture et de l’intégration des logiciels – c’est notre objectif principal », a déclaré le directeur des logiciels Magnus Oestberg lors d’une table ronde.

« Nous ne faisons pas tout nous-mêmes – nous accordons de l’importance aux partenariats, mais bien sûr les parties qui sont les plus importantes pour nous, nous les faisons en interne. »

L’un de ces partenariats est avec le spécialiste américain de l’infographie Nvidia, avec qui Mercedes-Benz a conclu un accord en 2020 pour développer des fonctions d’assistance et de conduite autonome qui feront partie du lancement du système MB.OS dans deux ans.

Le constructeur automobile est à 600 postes vacants d’atteindre son objectif d’une équipe mondiale de 10 000 ingénieurs en logiciel à Berlin, en Chine, en Inde, au Japon et aux États-Unis.

« Le profil d’un ingénieur logiciel est très recherché – la demande est considérablement plus élevée que l’offre », a déclaré Markus Schaefer, directeur de la technologie.

Dans une enquête réalisée auprès de 572 cadres automobiles par l’institut de recherche Capgemini, 97 % ont déclaré que quatre travailleurs internes sur 10 devront avoir des compétences en logiciels d’ici cinq ans, des architectes informatiques aux professionnels de la gestion du cloud en passant par les experts en cybersécurité.

Related Post