Un festival test organisé aux Pays-Bas a rassemblé 1 500 personnes

Un festival test organisé aux Pays-Bas a rassemblé 1 500 personnes



Bien que les Pays-Bas soient de nouveau confinés en raison de la pandémie de Covid-19, le gouvernement a organisé ce week-end, les 20 et 21 mars, un festival de musique près d’Amsterdam. L’événement, auquel les participants ont pu accéder en présentant un test PCR négatif, visait à évaluer la faisabilité de ce type de rassemblements pour la suite.

Quand avez-vous dansé devant un concert pour la dernière fois ? À cette question, quelque 1 500 Néerlandais peuvent répondre : pas plus tard que ce week-end. Samedi 20 et dimanche 21 mars, un festival test a été organisé aux Pays-Bas dans la ville de Biddinghuizen, près d’Amsterdam, “malgré le confinement appliqué dans le reste du pays en raison du Covid-19”, relate la BBC dans un reportage. Cet événement était “la septième et dernière expérimentation” menée par les pouvoirs publics aux Pays-Bas afin de mesurer l’impact des grands rassemblements, détaille NL Times :

Les visiteurs sont testés au préalable, et certains doivent se soumettre à un test antigénique supplémentaire avant d’entrer sur le site. Quiconque est testé positif au Covid-19 se voit refuser l’entrée. Les festivaliers sont ensuite divisés en trois groupes et équipés d’un appareil qui enregistre leurs mouvements et les moments de contact avec les autres.”

Six autres événements de ce type ont déjà été organisés dans le pays, parmi lesquels une soirée au Ziggo Dome d’Amsterdam, comme le relatait The Guardian début mars : 1 300 personnes avaient été invitées à “danser devant les DJ sets d’artistes néerlandais comme Sam Feldt, Lady Bee, Sunnery James & Ryan Marciano”.

Ce week-end, le festival, qui s’étalait sur deux jours et avait lieu sur le site d’un parc à thème, a toutefois suscité des interrogations “alors que le nombre de cas de Covid-19 avait augmenté de 25 % la semaine passée”, souligne la BBC.

Video of Js0eq4mJ8Y4

Mais les festivaliers qui étaient venus danser et profiter de la musique n’ont pas boudé leur plaisir. “Alors, qu’est-ce que ça fait ?” lance la correspondante de la chaîne britannique à une festivalière. “C’est l’euphorie !” répond la jeune femme, sourire extatique aux lèvres. Même sentiment exprimé par une autre participante, qui confie être “vraiment très heureuse de pouvoir faire à nouveau la fête”.

Seulement, souligne la BBC, l’obligation de porter un masque a rapidement été oubliée par les participants : nombre d’entre eux ont choisi d’ôter cette protection pendant qu’ils assistaient aux concerts. “Une fois que les festivaliers sont dans l’ambiance, qu’ils dansent et festoient, les masques s’envolent en un rien de temps”, constate l’infectiologue Andreas Voss, présent sur le site du festival. Il rappelle toutefois que tous les participants avaient été testés négatifs au Covid-19.

“Certaines personnes jugeront qu’il est contraire à l’éthique d’utiliser ces jeunes gens comme des cobayes”, lui fait remarquer la reporter. Ce à quoi le professeur répond : “Tous les participants ont bien conscience qu’il y a un risque minime, mais les premières données dont nous disposons indiquent que le risque n’est pas beaucoup plus grand que lorsqu’on reste chez soi.” En outre, insiste Andreas Voss, ces expérimentations permettront d’obtenir des données nécessaires à la réouverture : “Si nous nous préparons correctement, nous pourrons faire les choses en toute sécurité.”

À l’approche de la saison des festivals, conclut la BBC, ces expérimentations “pourraient être un modèle à suivre pour les autres pays”.

Mélanie Chenouard





Source link

nextalgeria