Le programme « Open Africa Power » forme les Africains dans le domaine de l’électricité

Le programme « Open Africa Power » forme les Africains dans le domaine de l’électricité


(Agence Ecofin) – L’électrification en Afrique est un enjeu de développement durable. Même si le continent connaît encore un retard dans ce domaine, les avancées ont été consenties tant au niveau du financement que de la préparation de la ressource humaine. C’est dans ce volet que s’investit « Open Power Africa ».

Le programme « Open Power Africa » soutenu par la Fondation ENEL, une organisation italienne du domaine de l’électricité, a annoncé l’ouverture des candidatures pour une formation destinée aux professionnels et aux étudiants diplômés du secteur de l’électricité en Afrique, pour le compte de l’année 2021.

« Open Power Africa » a pour objectif de renforcer les compétences techniques, réglementaires et commerciales requises pour travailler dans les entreprises privées et publiques d’électrification en Afrique. Les thématiques abordées seront en relation avec les énergies renouvelables, les technologies des réseaux électriques et la numérisation informatique de l’industrie de l’électricité.

Le programme est ouvert aux étudiants africains de niveau maîtrise, MBA ou doctorat dans des universités africaines. Ceux vivant à l’étranger peuvent postuler à condition d’envisager de s’installer en Afrique avant fin 2020. Les candidats doivent être éligibles à un visa en Afrique du Sud et en Italie. Ils devront également avoir une bonne maîtrise de l’anglais, la langue d’apprentissage du programme.

La date limite du dépôt des dossiers est fixée au 6 avril 2021.

Pour cette édition, le programme se déroulera en ligne.

L’ambition du programme est d’autonomiser et de retenir les talents africains dans un secteur crucial comme l’énergie. Le programme offre des connaissances sur tous les aspects de la production et de la distribution d’électricité durable aux participants. Il vise également à créer une plateforme de réseautage pour les participants afin de maximiser l’impact.

L’état général de l’électrification en Afrique est encore loin d’atteindre son plein potentiel. A l’exception de quelques pays, la grande majorité des Etats africains connaissent des difficultés à satisfaire la demande des ménages et des entreprises. Pourtant, les institutions à l’instar de la Banque mondiale et de la BAD s’accordent sur le fait que l’électrification est un investissement à long terme et un levier fondamental pour atteindre plus rapidement les objectifs de développement.

Plus d’informations

Vanessa Ngono Atangana





Source link

nextalgeria