le gouvernement déploie 6000 soldats dans l’Etat de Zamfara après la série d’enlèvements des derniers mois

112 0

[ad_1]

(Agence Ecofin) – Le Nigeria qui mène une guerre sanglante contre Boko Haram depuis 2009 doit maintenant faire face à un autre fléau : des enlèvements de lycéens perpétrés par des groupes de bandits armés. Face à cette dégradation de la situation sécuritaire dans le nord-ouest, le gouvernement planifie la riposte.

Le gouvernement nigérian a donné son accord pour le déploiement de 6000 soldats supplémentaires à Zamfara. C’est ce qu’a annoncé Alhaji Bello Matawalle (photo), gouverneur de l’Etat de Zamfara, le mardi 9 mars 2021 au cours d’une émission radio.

La décision du gouvernement d’envoyer les soldats dans l’Etat de Zamfara a été prise dans le but de ramener une paix durable dans cette partie du pays. En effet, le nord-ouest du Nigeria, zone à laquelle appartient Zamfara est profondément marquée par les exactions de groupes armés, notamment le kidnapping qui est devenu monnaie courante dans la région.

Dans la nuit du 26 février 2021, 279 filles avaient été enlevées dans leurs dortoirs à l’école secondaire publique de Jangebe, avant d’être libérées quelques jours plus tard. Plus tôt, en décembre 2020, c’est dans l’Etat de Katsina que 344 garçons avaient été victimes d’enlèvement. A ces actes, s’ajoutent le vol de bétail et d’autres rapts qui troublent la paix et la sécurité dans le nord-ouest du Nigeria.  

La présence des troupes envoyées par l’Etat fédéral constitue une mesure supplémentaire qui vient accompagner celles prises par le gouvernement pour maintenir la sécurité à Zamfara. En effet, les autorités avaient adressé un ultimatum de deux mois aux responsables des groupes armés pour mettre fin aux actes de violence, tout en sensibilisant contre les actions qui visent à fragiliser le processus de paix. Se joignant à cet effort, Alhaji Bello Matawalle a pris la décision de réguler les transports en commun dans l’Etat de Zamfara.

Toutes ces mesures sécuritaires devraient aider, selon le gouvernement à réduire les violences armées dans la région. Cependant, dans cette zone qui fait face à une pauvreté accrue, la lutte contre les actes de grand banditisme tels que les vols de bétail et les enlèvements contre les rançons ne saurait relever uniquement d’actions militaires.



[ad_2]

Source link

Related Post