La science-fiction peut-elle sauver le monde ?

La science-fiction peut-elle sauver le monde ?



L’auteur

Né en 1971, ce journaliste et auteur de science-fiction canado-britannique est selon le magazine Forbes l’une des personnalités les plus influentes du web. Favorable à des lois sur les droits d’auteur moins contraignantes, il a notamment édité sa trilogie à succès Little Brother, lancée en 2008, sous licence Creative Commons. Le premier tome de cette série suit le parcours d’un adolescent de San Francisco qui, dans un futur proche, utilise ses talents de hackeur pour contrer les visées fascisantes du département de la Sécurité intérieure des États-Unis ; le dernier tome, qui vient de paraître en anglais, met en scène une cyberactiviste qui choisit de collaborer avec les autorités. L’objectif de Cory Doctorow, via cette trilogie, est de montrer que les nouvelles technologies ne sont ni bonnes ni mauvaises en elles-mêmes, mais que nous devons choisir quelle utilisation en faire. Le romancier est également coéditeur du blog Boing Boing, consacré à la technologie, à la culture et à la politique, et militant à l’Electronic Frontier Foundation.

Red Team, l’imagination au pouvoir ?

Depuis le mois de décembre 2020, on en sait un peu plus sur les travaux des dix auteurs français de science-fiction qui ont été remis au ministère des Armées, afin de l’aider à anticiper les menaces du futur. Mais un peu seulement, puisque cette initiative baptisée “Red Team”, lancée à l’été 2019, a vocation à rester pour bonne partie secret-défense. “Il ne faudrait pas donner des idées à de potentiels ennemis”, souligne le quotidien britannique The Daily Telegraph.

Lesquels ennemis devraient être dotés d’une imagination débordante pour donner réalité à “P-Nation” et “Barbaresques 3.0”, les deux scénarios fictifs dévoilés à la fin de l’année. Dans le premier cas, par exemple, des réfractaires au puçage électronique généralisé font sécession et vivent sur des villes flottantes (montée des eaux oblige). “Autour de 2040, les pirates s’assemblent sur un continent de plastique, surnommé P-Nation, et lancent deux ans plus tard une attaque sur Kourou, la base de lancement actuelle de la fusée Ariane, en Guyane française.” Et ce avec des canons magnétiques installés dans des sous-marins.

Le but du projet Red Team n’était pas de proposer des modèles à proprement parler prédictifs, comme l’expliquent deux des auteurs qui ont accepté de révéler leur nom, Laurent Genefort et Romain Lucazeau. Mais plutôt un exercice de projection vers l’horizon 2030-2060, destiné à stimuler intellectuellement l’armée française dans ses capacités de réponse. Ce qui explique d’ailleurs que les scénarios exposés dans ce qui est présenté comme la “Saison 0” de la Red Team soient bien éloignés, dans leur philosophie, de la tradition de la science-fiction contestataire, où le thème des dérives militaristes des États est récurrent.

Le FIFDH, un rendez-vous à ne pas manquer

Le Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH) se tient jusqu’au 14 mars à Genève. Courrier international est partenaire pour la quatrième fois de cette manifestation, à la programmation toujours très riche. Parmi les grands rendez-vous de cette édition, le festival accueille ce samedi 6 mars, à 20 heures, l’écrivain Alain Damasio (auteur, entre autres, de La Horde du contrevent et des Furtifs) pour une discussion autour d’“horizons plus désirables que ceux promis par le libéralisme”.

La rencontre est à suivre en direct, gratuitement, depuis cette page.

> > Programme complet du 19e FIFDH





Source link

nextalgeria