en plein processus de paix, le ministre de l’Intérieur Fathi Bachagha échappe à une tentative d’assassinat

en plein processus de paix, le ministre de l’Intérieur Fathi Bachagha échappe à une tentative d’assassinat


(Agence Ecofin) – Le 23 octobre 2020, plusieurs forces armées et politiques de la Libye ont signé un accord de cessez-le-feu permanent alors qu’un gouvernement transitoire venait d’être mis en place dans l’attente des élections. Cependant, le pays reste soumis à une situation sécuritaire précaire.  

Le ministre libyen de l’Intérieur Fathi Bachagha (photo), appartenant au Gouvernement d’union nationale (GNA), a été la cible d’une tentative d’assassinat, le dimanche 21 février 2021. C’est ce qu’a annoncé un communiqué du ministère publié le week-end écoulé.

« Le ministre de l’Intérieur du GNA, Fathi Bachagha a été la cible d’une tentative d’assassinat dimanche à 15H alors qu’il retournait à sa résidence à Janzour », indique le communiqué. Selon les informations disponibles, le convoi du responsable aurait été attaqué par un véhicule blindé qui a ouvert le feu avec des mitrailleuses.

Si le ministre n’a pas été blessé dans l’embuscade, cette attaque rappelle la précarité de la situation sécuritaire en Libye, déchirée depuis 2011 par des violences ainsi que par les luttes entre le gouvernement d’est et d’ouest.

Dans le cadre d’un processus de paix parrainé par l’ONU, un nouveau gouvernement censé conduire le pays à des élections générales, d’ici la fin de cette année, a été mis en place le 5 février 2021. Mais plusieurs groupes actifs dans le pays ont critiqué ces pourparlers qui se sont tenus à Genève, preuve qu’un long chemin reste encore à parcourir pour mettre fin à la crise que traverse le pays.

Pour rappel, Fathi Bachagha âgé de 58 ans a été désigné en 2018, ministre de l’Intérieur du GNA de Fayez el-Sarraj qui était opposé au gouvernement de Tobrouk appuyé par le maréchal Khalifa Haftar. Actif dans la lutte contre la corruption ainsi que dans la réduction de l’influence des milices dans le pays, il avait été candidat pour diriger le nouveau gouvernement d’union aux côtés de l’ancien président du Parlement de Tobrouk, Aguila Saleh.

Notons que plusieurs pays occidentaux ont condamné l’attaque, tout en appelant « tous les acteurs libyens à s’abstenir de toute action compromettant la stabilisation de la Libye ».

Moutiou Adjibi Nourou





Source link

nextalgeria