Critique de L’Internat : Las Cumbres (Série, 2021)

Critique de L’Internat : Las Cumbres (Série, 2021)


CRITIQUE / AVIS SÉRIE – Prime Video vient d’ouvrir les portes de “L’Internat : Las Cumbres”. Un établissement où les élèves reçoivent un traitement inquiétant, encadrés par des enseignants et des moines dominicains qui semblent pour la plupart animés par des intentions machiavéliques…

L’Internat, Las Cumbres : la mauvaise éducation

Reboot, ou plutôt suite puisqu’elle fait directement référence aux événements survenus dans El Internado, série portée par Ana de Armas et Blanca Suárez entre 2007 et 2010, L’Internat : Las Cumbres plonge le spectateur au cœur d’un pensionnat perché en haut d’une montagne et entouré de bois. Dans cet établissement “accueillant” des adolescents en difficulté, le mot d’ordre est simple : la discipline. Discipline qui entraîne des punitions particulièrement douteuses, à commencer par le fait d’enfermer les élèves dans des cachots glacials lorsqu’ils osent répondre à un enseignant. Ces pratiques sont pourtant loin d’être les éléments les plus inquiétants de cet internat marqué par le suicide inexpliqué d’une pensionnaire.

Alors qu’ils tentent de fuir cet enfer, Amaia (Asia Ortega), Manuel (Carlos Alcaide), Paul (Albert Salazar) et Adèle (Daniela Rubio) ratent leur évasion. Si trois d’entre eux se font rattraper, Manuel est enlevé dans la forêt par un individu vêtu comme un médecin de peste du Moyen-Âge. Menés par Amaia et Paul, plusieurs élèves mettent tout en œuvre pour retrouver leur ami. Leurs recherches les guident vers une secte qui agirait dans Las Cumbres et qui serait au service d’un démon. En parallèle, plusieurs des jeunes sont victimes de visions terrifiantes, à commencer par Inés (Claudia Riera), la fille de l’énigmatique directeur.

Un goût d’inachevé

Tout au long de cette première saison de L’Internat : Las Cumbres, les questions se multiplient, mais les réponses un peu moins. L’ambition des showrunners Laura Belloso et Asier Anduenza de créer un show ambitieux et étalé est totalement perceptible. Après des premiers épisodes qui prennent le temps de dévoiler les natures parfois versatiles des personnages – notamment lorsqu’il s’agit des adultes qui encadrent les élèves -, le rythme s’accélère et les péripéties s’enchaînent. Morts sanglantes, apparitions cauchemardesques de plus en plus fréquentes et révélations autour d’une organisation ayant un goût prononcé pour les sacrifices occultes se suivent.

L'Internat : Las Cumbres
L’Internat : Las Cumbres ©Amazon Prime Video

Les couloirs s’élargissent, les portes secrètes s’ouvrent et le sentiment que les adolescents auront bien du mal à s’extirper des murs de cette prison déguisée se renforce. L’enquête d’Amaia et de Paul parvient à happer le spectateur, au même titre que les querelles entre les élèves, les doutes d’Inés sur son identité ou la lutte intestine entre les différents camps au sein du personnel.

Mais la plupart des pistes lancées autour de ces intrigues n’aboutissent pas. La fin ouverte confirme qu’il est nécessaire de se montrer patient avant de pouvoir percer les secrets de Las Cumbres.

Mais une mise en place efficace

Si cette conclusion risque de laisser plus d’un spectateur sur sa faim, c’est en partie parce que l’attachement aux jeunes héros et l’envie de continuer à mener l’enquête à leurs côtés sont présents. Le mystère naît rapidement autour du monastère qui évoque aussi bien le palais himalayen offrant une vue vertigineuse dans Le Narcisse noir que l’incontournable Poudlard de Harry Potter.

Comme pour la saga de J.K. Rowling, mais aussi pour la série Élite, les affinités avec les personnages se créent naturellement et L’Internat : Las Cumbres repose sur un casting impeccable, les excellents Asia Ortega et Albert Salazar en tête. Les longueurs des premiers épisodes passées, leur quête devient aussi intrigante que les relations amoureuses ou les amitiés et rivalités qui se développent au sein du pensionnat.

L'Internat : Las Cumbres
L’Internat : Las Cumbres ©Amazon Prime Video

Il en va de même pour les évolutions des enseignants et des autres adultes, les personnages les plus troubles de cette série fantastique. Difficile d’avoir une opinion fixe sur eux, ce qui constitue l’un des points forts du programme, tant leur nature est changeante et leurs véritables intentions parfois profondément ensevelies. Le sort réservé à certains d’entre eux offre d’ailleurs de jolies surprises.

Si l’univers visuel est parfois limité, le sentiment d’isolement se ressent et les bois semblent être le repère d’individus aux sombres desseins, à l’image de la Forêt Interdite qui entoure Poudlard. Des intentions machiavéliques qui ne sont que légèrement révélées. Néanmoins, l’envie de les découvrir reste nettement plus forte que la frustration provoquée par un final un brin hâtif.

 

L’Internat : Las Cumbres, disponible sur Prime Video le 19 février 2021. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.



Source link

nextalgeria