Comment cet entrepreneur ghanéen fait du profit en recyclant les déchets de cacao

Comment cet entrepreneur ghanéen fait du profit en recyclant les déchets de cacao


(Agence Ecofin) – Au Ghana, les exploitants agricoles utilisent des engrais chimiques qui ne permettent pas d’obtenir des rendements élevés et qui dégradent les sols. Akwasi Osei-Bobie Ansah a fabriqué un engrais naturel à partir de coques de cacao, une solution déjà sollicitée dans plusieurs pays d’Afrique.

Farmers Hope est une entreprise agricole spécialisée dans la production d’intrants biologiques et basée dans la ville de Kumasi au Ghana. Pour booster la production agricole dans le pays, elle a mis au point un engrais principalement à partir de déchets de cacao recyclé. Objectif, offrir aux agriculteurs locaux une alternative fiable et abordable aux engrais chimiques existants.

Farmers Hope a créé l’engrais avec des ingrédients disponibles localement, dont des fientes de volaille et des graines de neem, qui fournissent aux cultures les éléments nutritifs dont elles ont besoin et qui nourrissent également le sol. Selon l’entreprise, cet engrais dénommé Asaase Nofosuo produit des rendements 60% plus élevés que les engrais chimiques ordinaires.

Akwasi Osei-Bobie Ansah (photo) a fondé Farmers Hope après avoir constaté que dans le village de ses parents, les rendements étaient plus élevés dans les zones où les coques de cacao étaient abandonnées. Pour lui, ces déchets agricoles devaient être gérés de meilleure manière, et il a trouvé le moyen d’en faire un projet commercial rentable. Il a fait des recherches sur la transformation de déchets agricoles en engrais, et a officiellement mis son produit sur le marché en 2012.

La mauvaise qualité des sols et le manque d’accès à des intrants abordables entraînent de faibles rendements, limitant la capacité de production et la rentabilité des cultures. Dans le pays, de nombreux exploitants ont recours à des engrais chimiques importés et coûteux. Le prix de l’engrais de Farmers Hope est inférieur de 50% à celui des produits concurrents, ce qui le rend abordable pour la plupart des petits agriculteurs.

Ces derniers disposent donc de plus de ressources pour acheter de meilleures semences et d’autres intrants de qualité pour leurs exploitations. L’entreprise leur permet d’augmenter leurs revenus grâce à l’amélioration des performances.

L’un des défis rencontrés par Akwasi Osei-Bobie Ansah était de trouver les bonnes machines de fabrication, car son processus diffère de celui des autres fabricants d’engrais organiques. Grace à un soutien financier de 500 000 USD octroyé par Acumen Fund West Africa, il a pu se procurer l’équipement adéquat pour augmenter sa capacité de production. Il a également fait face à des difficultés liées à la distribution de son produit. Sur How We Made It in Africa, il explique que certains distributeurs se faisaient payer par les agriculteurs, mais ne reversaient pas l’argent à Farmers Hope.

« Cela a affecté nos ventes, et il vaut mieux travailler avec des distributeurs qui paient à temps. Nous recevons maintenant des appels directement des agriculteurs qui ne peuvent pas trouver notre produit parce que nous avons refusé de fournir les distributeurs qui ne nous paient pas. Les agriculteurs ont commencé à se regrouper pour passer directement des commandes », a-t-il précisé.

À ce jour, Farmers Hope a conquis d’autres marchés étrangers comme le Burkina Faso où elle exporte régulièrement environ 100 000 sacs d’engrais. L’entreprise a reçu des demandes d’autres pays, notamment de la Côte d’Ivoire, du Togo et du Bénin, et ambitionne de faire passer sa capacité de production à 6 600 sacs d’engrais par jour pour satisfaire la demande grandissante. À présent, Akwasi Osei-Bobie Ansah travaille sur la conception d’un engrais liquide. La certification de son engrais à base de déchets de cacao par le Ghana Cocoa Board (Cocobod) devrait lui permettre de décrocher d’autres financements et d’atteindre ses objectifs d’expansion.

Aïsha Moyouzame





Source link

nextalgeria