des violences interraciales éclatent suite à un nouvel épisode de racisme scolaire au Cap

21 0

[ad_1]

(Agence Ecofin) – Des manifestants du parti Economic Freedom Fighters (EFF) ont été pris à partie par des parents d’élèves blancs ce mardi devant le Lycée Brackenfell. L’établissement est soupçonné d’avoir empêché des élèves noirs d’assister à une cérémonie de remise de diplôme, déclenchant ainsi des protestations.

En Afrique du Sud, des affrontements ont opposé le lundi 9 novembre 2020 deux groupes de Blancs et de Noirs au Cap. Ils ont eu lieu suite à un nouvel épisode de racisme scolaire dans cette ville du sud-ouest du pays.

Selon les premières informations obtenues, les violences ont éclaté entre des parents d’élèves blancs et des membres du parti d’opposition de gauche, Economic Freedom Fighters. Ceux-ci protestaient devant le Lycée Brackenfell suite à des allégations selon lesquelles seuls des élèves blancs auraient été autorisés à assister à une cérémonie de remise de diplôme organisée il y a quelques jours au sein de l’établissement.

Sur des vidéos circulant sur les réseaux sociaux, on peut voir des adultes blancs attaquant les manifestants noirs à coups d’insultes et de bousculades, exigeant qu’ils dégagent de la zone. Cet événement rappelle la face sombre de l’histoire de la nation arc-en-ciel. L’Apartheid systémique imposé sous la domination blanche pendant des décennies s’était en effet peu à peu mué en une inégalité flagrante entre Blancs et Noirs.

Dans une déclaration publiée dans la journée de ce mardi 10 novembre, le président Cyril Ramaphosa a condamné les affrontements et rappelé le droit de tous à manifester librement.

« Chaque Sud-Africain a le droit de manifester pacifiquement et toute action visant à supprimer le droit à la liberté d’expression, notamment par la violence et l’intimidation, doit être fermement condamnée », a-t-il déclaré tout en demandant l’ouverture d’une enquête sur les faits reprochés au Lycée Brackenfell.

Moutiou Adjibi Nourou



[ad_2]

Source link

Related Post