Voyage au cœur de la musique

Voyage au cœur de la musique



Le chef d’orchestre Gustavo Dudamel et le luthier David Bagué présentent à Barcelone un ambitieux projet de réalité virtuelle. Ils invitent les spectateurs à découvrir autrement la musique classique, depuis l’intérieur des instruments.

David Bagué est un enfant introverti d’à peine 12 ans quand, un jour, son père revient à la maison avec un violon. Inspiré par l’esprit iconoclaste des sketchs musicaux déjantés du groupe d’humoristes argentin Les Luthiers, il éventre l’instrument pour en découvrir les secrets et, dans un second temps, le reconstruire. Il s’agit là du premier miracle de bois et de corde de la longue carrière de Bagué, qui deviendra par la suite un luthier de renommée mondiale.

Aujourd’hui, plus de quarante ans après cette révélation, la curiosité de Bagué donne lieu à une attraction en réalité virtuelle, bien au-delà de la simple curiosité d’enfant, sous la forme du film immersif Symphony, un “voyage au cœur de la musique”, au rythme de la baguette du chef d’orchestre vénézuélien Gustavo Dudamel. Il faut se coiffer d’un casque audio et chausser des lunettes de réalité virtuelle (VR) pour faire l’expérience de ce projet didactique et musical écrit et réalisé par Igor Cortadellas, qui a travaillé à sa production pendant quatre ans avec la Fondation La Caixa [un organisme investissant dans des projets d’intérêt général, lié à la Caisse d’épargne et de retraite de Barcelone]. Pour commencer, le film nous place en plein milieu d’un orchestre dirigé avec fougue par Dudamel. Puis il nous emmène rue de la Virtut, dans le quartier de Gràcia, à Barcelone, à l’intérieur de l’atelier pittoresque du luthier, tandis que celui-ci s’attelle à l’un de ses célèbres violons.

De l’extérieur, on croirait que les spectateurs s’agitent sur leurs fauteuils pivotants au son de la Cinquième symphonie de Beethoven tels des animaux désorientés. Mais une fois le casque sur la tête, on découvre tout autour de soi les différentes familles de l’orchestre. Les musiciens jouent en vous regardant droit dans les yeux. Violons, hautbois, tubas et timbales vous encerclent, vous qui avez été accueilli plus tôt par le directeur artistique de la Philharmonie de Los Angeles avec une énigme à résoudre : comment pareille beauté cosmique peut-elle être le résultat d’un amalgame de métal, de bois et de corde ?

L’attraction est ouverte au public depuis le 21 septembre à CosmoCaixa, le muséum de la fondation, juché sur les hauteurs de Barcelone. La cour de l’institution accueille deux énormes remorques, ou “unités”, comme préfère les appeler Antonio de Diego, qui en a dirigé l’édification. D’une superficie de 100 m2 chacune, elles ont passé l’été à Calaf, en Catalogne, avant d’être repliées sur elles-mêmes le temps de leur transport jusqu’à Barcelone, pour y être déployées à nouveau. Elles sont reliées entre elles par une structure en accordéon semblable à celle des rames de métro ou des bus articulés, et leur flexibilité leur permet d’être positionnées en longueur ou en angle. Elles ont été conçues pour sillonner une centaine de villes en Espagne et au Portugal d’ici les dix prochaines années. Les premières étapes prévues après Barcelone sont Santander, Valladolid, puis Madrid, qui accueillera cette extraordinaire roulotte pour Noël.

Une ambiance toujours festive

La première unité comporte un écran légèrement courbé de dix mètres sur trois, sur lequel est projeté un court-métrage sans dialogue, contemplatif. En douze minutes et demie, celui-ci nous présente l’univers de Symphony. Comme l’explique Cortadellas, “le premier film vise à sortir le

[…]

Iker Seisdedos

Lire l’article original





Source link

nextalgeria