voter en faveur de la nouvelle Constitution pour assurer le changement


ALGER – Le vote en faveur du projet d’amendement de la Constitution soumis à référendum le 1er novembre prochain est à même d’assurer le changement et l’édification d’une Algérie nouvelle, forte, démocratique et prospère, ont souligné samedi les animateurs de la campagne référendaire à son 11eme jour.

Lors d’une rencontre à Alger, le Forum de l’Algérie a appelé, par la voix de son président, Mohamed Ayadi, à voter “oui” lors du référendum pour “opérer le changement” escompté et “barrer la route à ceux qui ont œuvré à donner une mauvaise image du projet et à occulter ses points positifs”.

M.Ayadi a affiché, à cette occasion, sa conviction quant à la détermination des jeunes dévoués à la patrie, le jour du référendum, à promouvoir “la démocratie participative, qui est l’incarnation effective de l’Etat social, dans l’esprit de la Déclaration du 1er novembre”, en soutenant que la révision de la Constitution est à même d’apporter “une réponse concrète à la revendication du Hirak (…) pour l’établissement d’institutions constitutionnelles et la promotion de l’Etat algérien”.

De son côté, le président du mouvement “El-Islah”, Filali Ghouini, qui animait un meeting à Tlemcen, a appelé à voter en faveur du projet d’amendement de la Constitution, affirmant que le projet de la nouvelle loi fondamentale “ne touche pas aux constantes nationales”.

Il a expliqué, aussi, que la Constitution amendée ne “touche pas aux constantes nationales” et que “les nouveautés apportées dans ce projet de Constitution mettront un terme à toute surenchère politique”.

Pour le président d’El-Islah, la nouvelle Constitution va opérer une “véritable rupture” avec les pratiques politiques anciennes pour aller vers une Algérie nouvelle “où règneront la justice sociale et la démocratie”, et “permettra le renforcement de la justice et de la société civile”.

Dans le même contexte, le secrétaire général du parti du Front de libération national (FLN), Abou El-Fadl Bâadji, a affirmé que le projet d’amendement de la Constitution constitue “une étape vers des réformes politiques et socio-économiques”.

Intervenant lors d’un meeting populaire, M. Baâdji a indiqué que le projet d’amendement constitutionnel renferme également “des mécanismes garantissant le principe d’équilibre entre les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire”, en faisant savoir que le changement “devra se faire par étapes, eu égard au lourd héritage de l’ancien système, et que la réforme et le développement devront s’opérer selon des approches étudiées à même de garantir l’efficacité et atteindre le changement escompté”.

Le président de la Fédération nationale de la société civile, Tahir Chiha, a, quant à lui, souligné à partir de Ain Témouchent, que le projet d’amendement de la constitution porte les aspirations de la société civile à devenir un partenaire efficace de l’Etat et à assurer la mission de supervision.

Animant un meeting populaire, M. Chiha a précisé que la société civile “aspire à être un partenaire efficace des institutions de l’Etat et à assumer un rôle de supervision”, affirmant que ces revendications ont été “prises en charge et développées” dans le projet soumis au référendum le 1er novembre prochain, avant de lancer un appel à voter en faveur de ce projet.

Même appel lancé par les Scouts musulmans algériens (SMA), invitant le peuple à saisir l’occasion, en participant en force pour voter “oui” pour l’amendement de la Constitution, afin de permettre le changement et de asseoir de nouvelles bases pour l’édification de l’Algérie nouvelle, forte et développée.  


Lire aussi: Campagne: le projet d’amendement servira à l’édification de l’Algérie nouvelle


Le secrétaire général du Rassemblement national démocratique (RND), Tayeb Zitouni, qui était à Guelma, a également plaidé en faveur du projet d’amendement de la Constitution, appelant les citoyens à voter “oui” en force le 1er novembre prochain.

Il a relevé que le document comportait de nouveaux articles qui consolident l’identité nationale, ciment du front intérieur, et renforcent la stabilité de l’Algérie.

Pour sa part, la présidente de Tajamoue Amel El Djazaïr (TAJ), Fatima Zohra Zerouati, animant un meeting à Sétif, a exhorté les citoyens à voter “oui” lors du référendum du 1er novembre, en vue de “renforcer le contrôle constitutionnel” et assurer une “plus grande transparence” dans la gestion des affaires publiques.

Elle a appelé toutes les franges de la société à “contribuer au succès de ce rendez-vous électoral et à participer massivement pour hisser l’Algérie au rang des grands pays en termes de développement et de modernisation”.



Source link

nextalgeria