Les ministres des Finances doivent plaider pour une reprise économique verte, selon Antonio Guterres

23 0

[ad_1]

A la quatrième réunion de la Coalition des ministres des Finances pour l’action climatique, Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, a exhorté les ministres des Finances à utiliser leur leadership pour mettre l’enjeu climatique au cœur des décisions politiques et financières des Etats.

Les ministres des Finances du monde ont un rôle crucial à jouer pour tracer une reprise économique qui va accélérer la décarbonisation de l’économie mondiale afin de construire un avenir plus inclusif et plus résilient. C’est ce qu’a indiqué Antonio Guterres (photo), secrétaire général des Nations unies lors de la quatrième réunion de la Coalition des ministres des Finances pour l’action climatique. 

« Vos plans de redressement de l’économie détermineront la trajectoire de l’économie mondiale au cours des cinq prochaines années », a-t-il affirmé. Le responsable a également fait part de quelques mesures que pourraient prendre les ministres des Finances pour accélérer l’action climatique dans les pays.

« Premièrement, vous devez servir de modèles et plaider pour une reprise économique verte. Les gouvernements doivent aligner leur reprise post-covid-19 et leurs plans de stimulation de l’économie sur l’Accord de Paris sur le climat », a-t-il déclaré. 

Cela passe par la suppression des combustibles fossiles des projets à exécuter, la création d’emplois décents et verts, l’arrêt des subventions aux énergies fossiles et la prise en compte du risque climatique dans les décisions financières et politiques. 

« Mais il y a plus. Les émissions de gaz à effet de serre doivent baisser drastiquement et de manière continue. Le charbon ne devra faire partie d’aucun plan de relance. Les gouvernements devront prendre en compte les dispositions de l’Accord de Paris dans les domaines pollueurs tels que le transport maritime, l’aviation, l’industrie lourde en commençant par la fourniture d’un soutien financier », a affirmé le responsable.

La deuxième mesure à prendre par les ministres des Finances sera d’élaborer et de soumettre une contribution nationale déterminée plus ambitieuse à la lutte contre le changement climatique. Les pays devront principalement s’engager à atteindre la neutralité carbone avant 2050. 

«Nous avons besoin de vous tous, à travers vos contributions nationales déterminées et vos plans de neutralité carbone pour envoyer aux marchés, le signal clair et non ambigu que la décarbonisation de l’économie est inévitable», a-t-il martelé.

Les ministres des Finances devront par ailleurs collaborer avec les banques centrales et les régulateurs financiers pour s’assurer que les décisions financières prennent en compte les risques et les opportunités liés au climat. 

La quatrième contribution des ministres des Finances à l’accélération de l’action climatique sera de faire preuve de coopération et de solidarité internationale notamment dans l’octroi des financements par dette et des mesures de durabilité.

Gwladys Johnson Akinocho 

Lire aussi:

16/09/2020 – Finance climat : l’Afrique pourrait avoir besoin de 200 milliards $ par an d’ici 2070



[ad_2]

Source link

Related Post