Le rôle des élites dans l’enrichissement de la nouvelle Constitution et la mobilisation de la société civile mis en exergue

84 0

[ad_1]

ALGER – Des participants à une conférence sur le rôle des élites dans l’enrichissement et le débat du projet d’amendement de la Constitution 2020, ont mis en avant, samedi, la nécessité de mobiliser la société civile dans la consécration de la vie politique.

Les intervenants, parmi les enseignants et les chercheurs, ont mis en exergue lors de cette conférence, organisée par la Ligue algérienne pour la pensée et la culture autour du  » Rôle des élites dans l’Algérie Nouvelle », le rôle de la société civile dans la concrétisation et la consécration de la République nouvelle et la mobilisation de l’élite nationale pour le relance du mouvement intellectuel.

L’enseignant et membre de la ligue, Saïd Mokadam a affirmé que la société civile est « l’un des indices du développement humain et durable », soulignant que cette dernière est également « un partenaire efficace » dans la concrétisation de la démocratie participative et de la bonne gouvernance.

Soulignant l’importance de la société civile dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques générales du Gouvernement, M. Mokadem a expliqué que le texte de la nouvelle Constitution garantissait la consolidation de son rôle et encourage la démocratie participative, à travers les associations et les organisations nationales qui bénéficieront de la création d’un observatoire national.

De son côté, Dr Ibtissam Hemlaoui, conseillère auprès de la Ligue algérienne, a estimé que les élites jouent un rôle important dans la création d’une « prise de conscience au sein de la société » en s’imposant dans l’action politique et l’orientation de la société.

Evoquant la position de l’élite dans la vie politique, Mme Hemlaoui a rappelé que cette dernière avait échoué précédemment à « imposer ses opinions au pouvoir en place ».

La nouvelle constitution renforce la place et le rôle des élites dans l’enrichissement de la vie politique à travers « l’activation de la démocratie participative mais également la création de l’observatoire national de la société civile », a-t-elle soutenu.

Pour sa part, Dr Ali Rebiche a évoqué le rôle de l’élite dans la vulgarisation des concepts de la nouvelle constitution, estimant que le projet politique de l’Etat n’est rien d’autre qu’un « aboutissement de l’action culturelle », qui à son tour contribue à définir les contours de l’Etat et à opérer « la mutation et le changement » et l’orientation de l’opinion publique.

La nouvelle constitution consacre le principe de la séparation des pouvoirs, a-t-il indiqué expliquant que « la société civile ne peut pas remplacer les partis politiques dans lesquels la société algérienne a perdu confiance », a-t-il dit.

La Ligue algérienne pour la pensée et la culture célèbre le 30ème anniversaire de sa création  et ses activités visant  à contribuer à la promotion de la vie artistique, intellectuelle, scientifique et politique.

[ad_2]

Source link

Related Post