La communauté scientifique condamne la Déclaration de Great Barrington sur l’immunité collective

La communauté scientifique condamne la Déclaration de Great Barrington sur l’immunité collective


Il y a maintenant plus d’une semaine, la déclaration de Great Barrington, co-signée par plusieurs dizaines de scientifiques, était publiée. Cette lettre ouverte appelle les pays du monde à lever totalement les mesures de confinement pour les plus jeunes et les moins vulnérables afin qu’une immunité collective puisse se développer. La déclaration a essuyé un premier revers lorsque certains des co-auteurs se sont révélés être des personnes sans aucune expertise dans le domaine, tandis que certains noms étaient même complètement inventés. Récemment, plusieurs institutions et groupes de chercheurs ont publié de virulentes critiques, dont le John Snow Memorandum, accusant la déclaration de Great Barrington d’être impossible à mettre en œuvre, contraire à l’éthique et dangereuse.

Les scientifiques et les organisations de santé publique adoptent une position ferme contre un document récemment diffusé — la Déclaration de Great Barrington — qui appelle les pays à abandonner leurs efforts pour contenir la propagation de la pandémie de Covid-19 au profit d’une stratégie « d’immunité collective » axée sur des individus plus jeunes et moins vulnérables. Dans diverses critiques publiées cette semaine, ils qualifient le plan d’impraticable, contraire à l’éthique et susceptible de causer davantage de décès.

L’une de ces critiques, publiée mercredi, a été approuvée par 14 organisations de santé publique, dont l’American Public Health Association. La critique désigne la déclaration de Great Barrington comme non pas une stratégie, mais une déclaration politique, qui ignore « une solide expertise en santé publique » et « s’attaque à une population frustrée par le confinement ».

« Au lieu de vendre de faux espoirs qui se retourneront de manière prévisible, nous devons nous concentrer sur la façon de gérer cette pandémie de manière sûre, responsable et équitable », indique le communiqué. Un groupe de 31 scientifiques a publié sa réponse à la déclaration dans la revue médicale The Lancet. Leur déclaration collective s’appelle le John Snow Memorandum — une référence au médecin du XIXe siècle considéré comme l’un des fondateurs de l’épidémiologie moderne.

L’argument fallacieux de l’immunité collective

L’immunité collective est définie comme lorsqu’un nombre suffisant de personnes dans une communauté sont immunisées contre un pathogène pour qu’il ne puisse plus se propager facilement aux personnes non infectées, en particulier à celles qui sont plus susceptibles de contracter une maladie grave. Ceci est généralement accompli grâce à des vaccins sûrs et testés.

Mais la Déclaration de Great Barrington appelle les pays à abandonner les mesures actives de confinement afin de permettre aux plus jeunes de développer une immunité, tout en mettant en œuvre une approche de « protection ciblée » vaguement décrite pour les populations plus âgées ou plus vulnérables.

Mais bien que les plus jeunes soient moins susceptibles de mourir de la Covid-19, note la déclaration de John Snow, leurs risques de développer une forme grave de la maladie sont toujours importants au niveau d’une large population, et il est probablement impossible de reprendre une « vie normale » ou d’empêcher le virus de se propager aux personnes vulnérables si la pandémie n’est généralement pas maîtrisée.

graphique pics anticorps réinfections coronavirus années

Graphique montrant les pics d’anticorps (réinfections par des coronavirus) détectés dans les échantillons de sérum de plusieurs patients sur 35 ans. Ces données suggèrent qu’il pourrait n’exister aucune immunité durable contre les infections naturelles à SARS-CoV-2. Crédits : Arthur W. D. Edridge et al. 2020

« En plus du coût humain, cela aurait un impact sur la main-d’œuvre dans son ensemble et accablerait la capacité des systèmes de santé à fournir des soins de courte durée et de routine. En outre, il n’existe aucune preuve d’une immunité protectrice durable contre le SARS-CoV-2 après une infection naturelle, et la transmission endémique qui serait la conséquence d’une immunité décroissante présenterait un risque pour les populations vulnérables dans un avenir indéfini ».

Une déclaration trompeuse et dangereuse

Un autre point clé est que la définition de vulnérable s’étend bien au-delà des personnes âgées lorsqu’il s’agit de la Covid-19. Environ 14% des Américains âgés de 45 à 65 ans souffrent de diabète, par exemple, un facteur de risque majeur de Covid-19 sévère. Dans les communautés de couleur, le risque de mourir est plus élevé chez les jeunes, avec environ un tiers des décès survenant chez les personnes de couleur et les Hispaniques de moins de 65 ans.

Pour ne pas être en reste, l’Infectious Disease Society of America (représentant plus de 12’000 chercheurs dans le domaine) et la HIV Medicine Association ont publié leur propre critique de la déclaration. « Affirmer que s’éloigner de la vigilance nécessaire pour contrôler la propagation de ce nouveau coronavirus et que l’abdication des efforts pour contrôler une pandémie qui a submergé les systèmes de santé dans le monde est une « approche compatissante », est profondément trompeur », écrivent-ils.

Bien que la déclaration de Great Barrington soit soutenue par certains chercheurs ayant une expertise en épidémiologie ou en maladies infectieuses, elle comprend également des signatures de personnes sans expertise pertinente, sans parler de certains noms manifestement inventés comme « Dr Johnny Bananas ». La déclaration semble également avoir reçu le soutien de l’American Institute for Economic Research, un groupe de réflexion financé par la droite qui continue de promouvoir le déni du climat.

Et plusieurs des principaux scientifiques impliqués dans le groupe ont été accusés de pratiques de recherche de mauvaise qualité et peut-être contraires à l’éthique dans leurs travaux antérieurs justifiant une approche de laissez-faire de la pandémie. « Les preuves sont très claires : contrôler la propagation communautaire de la COVID-19 est le meilleur moyen de protéger nos sociétés et nos économies jusqu’à ce que des vaccins et des traitements sûrs et efficaces arrivent dans les mois à venir », conclut le Memorandum de John Snow.

communauté scientifique condamne déclaration Great Barrington immunité collective couv-min





Source link

nextalgeria