Création d’un groupe parlementaire d’amitié algéro-mauritanienne

26 0

[ad_1]

NOUAKCHOTT – Un groupe parlementaire d’amitié algéro-mauritanienne a été créé jeudi à Nouakchott en vue d’échanger les expériences entre les parlements des deux pays et œuvrer au renforcement et à la consolidation des relations bilatérales.

A cette occasion, le premier vice-président de l’Assemblée nationale mauritanienne a souligné que les relations entre les deux pays « ont été imposées par les réalités de la géographie et de l’histoire », appelant à œuvrer pour leur « renforcement » et leur « élargissement ».

Il a également plaidé pour le lancement de « projets communs », ainsi que « l’échange d’expériences et d’expertise » pour renforcer la coopération entre les deux pays « notamment en matière de sécurité ».

De son côté, le président du groupe parlementaire, Djamel Aidali, a rappelé que les relations entre les deux pays « sont le fruit des liens de l’histoire, de la culture et du voisinage », soulignant l’importance de « renforcer les relations entre les deux pays frères ».

Pour sa part, l’ambassadeur d’Algérie à Nouakchott, Noureddine Khendoudi, a estimé que les relations bilatérales entre les deux pays sont « excellentes » et leur évolution sont « prometteuses » dans l’intérêt des deux peuples « frères et voisins ».

Il a relevé que les relations algéro-mauritaniennes qui ont connu un « bond qualitatif » dans plusieurs secteurs, notamment le commerce avec l’installation de sociétés algériennes en Mauritanie, et la formation, sont sur la « bonne voie ».

« Une fois l’ouverture des frontières accomplie, il faut la compléter par la signature de l’accord portant création du comité bilatérale frontalier et construire la route Tindouf-Zouerate », a-t-il ajouté.

L’ambassadeur a salué, par la même occasion, la politique du président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani à travers le programme de relance économique et de lutte contre la pauvreté, estimant qu’il s’agit là d' »une louable démarche identique à celle du Président Abdelmadjid Tebboune visant à lutter contre l’exclusion et la pauvreté dans les zones d’ombre en Algérie ».

Les intervenants ont mis en exergue le rôle de la diplomatie parlementaire comme « facteur de rapprochement entre les deux pays ».

[ad_2]

Source link

Related Post