baisse des contaminations quotidiennes en France, New York va reconfiner certains quartiers

24 0

[ad_1]

La pandémie de Covid-19 a fait au moins 1 034 000 morts dans le monde depuis fin décembre, selon un bilan établi par l’Agence France-Presse (AFP) à partir de sources officielles, dimanche 4 octobre. Environ 35 millions de cas ont été officiellement comptabilisés, dont au moins 24,1 millions ont été guéris.

Les Etats-Unis sont le pays comptant le plus de morts (209 807), devant le Brésil (146 352), l’Inde (101 782), le Mexique (78 880) et le Royaume-Uni (42 350).

  • Plus 12 500 nouveaux cas, et 32 décès en 24 heures en France

La France a enregistré 12 500 nouveaux cas de contamination entre samedi et dimanche, moins que la veille qui, avec 17 000 contaminations, avait été un sommet depuis le lancement des tests à grande échelle. La proportion de tests positifs par rapport aux tests effectués ne fait que grimper : elle a atteint dimanche 8,2 %, contre 4,5 % environ il y a un mois.

Actuellement, 6 964 personnes sont hospitalisées en France pour avoir contracté le Covid-19 et l’agence Santé publique France a fait état de 1 335 personnes placées en réanimation, dont 103 nouveaux patients sur les dernières vingt-quatre heures, soit 46 de plus que la veille en prenant en compte les entrées et les sorties. La capacité nationale de lits de réanimation est autour de 5 000.

Depuis le début de la crise sanitaire en février mars, au moins 32 230 personnes sont mortes des suites du Covid-19, soit 32 nouveaux décès en 24 heures. Les autorités sanitaires enquêtent sur 1 340 foyers de contamination dans tout le pays, dont 265 en Ehpad.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Face à la résurgence du Covid-19, l’exécutif cherche sa boussole

Face à la progression de l’épidémie, Matignon a indiqué dimanche soir que Paris et les trois départements de la petite couronne allaient être placés en « zone d’alerte maximale », et de nouvelles restrictions être annoncées lundi.

Les nouvelles mesures entreront en vigueur mardi. Elles devraient comporter la fermeture totale des bars et des cafés. Les restaurants pourront rester ouverts avec un protocole sanitaire renforcé.

La ministre de la culture elle-même, Roselyne Bachelot, se mettra à l’isolement pendant sept jours. Elle a été considérée comme « cas contact » covid. Elle a partagé un repas vendredi soir avec une personne « diagnostiquée dimanche covid positif »,

Lire aussi Covid-19 : trois questions sur la dynamique de l’épidémie en France
  • New York vers un reconfinement partiel

Un restaurant à New York, le 2 octobre.

La ville de New York est prête à refermer écoles et commerces non essentiels dans neuf quartiers de Brooklyn et de Queens où le nombre des cas de coronavirus est en forte hausse, selon son maire, le démocrate Bill de Blasio. Le maire a déclaré qu’il voulait reconfiner ces quartiers à partir de mercredi et qu’il attendait l’aval du gouverneur de l’Etat, Andrew Cuomo.

Après avoir enregistré un nombre record de 24 000 morts, la première métropole américaine était devenue un modèle de maîtrise de l’épidémie. Si la mesure est approuvée, ce sera la première fois qu’elle est obligée de revenir en arrière sur le déconfinement. Le gouverneur Andrew Cuomo, aux relations tendues avec M. De Blasio, n’a pas immédiatement réagi à sa demande.

  • Plus de 500 000 cas au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d’Europe par la pandémie avec 42 350 morts, a dépassé, dimanche, la barre des 500 000 de cas positifs, après une augmentation du nombre des contaminations due au rattrapage d’un problème technique.

Par ailleurs, le programme de vaccination au Royaume-Uni s’adressera en priorité aux plus âgés et aux professions à risque mais pas à toute la population. Une vaccination générale de la population « ne se produira pas », et « nous avons juste besoin de vacciner toutes les personnes à risque », a déclaré la responsable du programme, Kate Bingham, dans un entretien au Financial Times.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : à Madrid, la difficulté de fermer la capitale espagnole
  • En Italie, forfait de l’équipe de football de Naples

Les joueurs de la Juventus, les arbitres, et même une poignée de supporters étaient présents pour le coup d’envoi. Mais pas l’équipe de football de Naples, qui devait affronter les Turinois dans le championnat italien, dimanche soir. Les joueurs du « Napoli » sont restés à l’isolement chez eux.

Selon la Ligue italienne, le protocole sanitaire actuel devait permettre à Naples d’aligner une équipe, en dépit des deux cas positifs, mais le club du sud de l’Italie, qui avait demandé le report, assure ne pas avoir obtenu l’autorisation des autorités sanitaires locales pour faire le déplacement.

La rencontre a officiellement été déclarée terminée après 45 minutes d’absence constatée des Napolitains. Le résultat est maintenant entre les mains du juge sportif de la Ligue, qui doit se prononcer mardi. Au regard des règles adoptées cette semaine par les instances sportives, Naples – première équipe à ne pas se présenter sur le terrain dans les cinq grands championnats européens en raison du Covid-19 –, pourrait perdre le match sur tapis vert 3-0.

  • L’Islande serre la vis, la Nouvelle-Zélande lève ses restrictions

Dès lundi, salles de sport, bars et discothèques seront à nouveau fermés en Islande et les rassemblements de plus de vingt personnes seront interdits pour « deux à trois semaines ». Le pays fait face, comme beaucoup d’autres pays en Europe, à une nette remontée du nombre des cas de Covid-19 depuis la mi-septembre. Ces dix-neufs derniers jours, 663 nouvelles infections ont été diagnostiquées sur l’île subarctique, principalement dans la capitale Reykjavik et ses environs. L’Islande, forte de 365 000 habitants, dénombre au total 2 872 cas de Covid-19 depuis le début de l’épidémie et 10 décès.

De l’autre coté de la planète, la première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a annoncé pour mercredi la levée des restrictions ordonnées à Auckland, affirmant que son pays avait « de nouveau battu le virus ». Après une première vague vraisemblablement endiguée, un nouveau foyer épidémique a été découvert en août dans la plus grande ville du pays, ce qui avait poussé les autorités à ordonner pour le million et demi d’habitants d’Auckland un nouveau confinement qui a duré trois semaines, jusque début septembre. Aucun nouveau cas n’ayant été confirmé dans la grande ville de l’Île du Nord depuis 12 jours, Mme Ardern a affirmé que l’épidémie était désormais sous contrôle.

  • Algérie : vers la reprise des cours après sept mois d’arrêt

Les élèves du primaire en Algérie vont reprendre le chemin des écoles le 21 octobre et ceux des collèges et lycées le 4 novembre, après plus de sept mois d’interruption en raison de la pandémie de Covid-19.

Le gouvernement a exhorté dimanche au « strict respect des conditions d’hygiène », notamment à la « désinfection des établissements scolaires 72 heures avant la rentrée avec le port du masque impératif pour le cycle secondaire ».

Les principaux syndicats d’enseignants avaient appelé à limiter à vingt le nombre des élèves par classe afin de respecter « la distanciation sociale », mais la mise en œuvre d’une telle mesure se heurte au manque d’enseignants et de places dans les établissements scolaires.

L’Algérie, le plus grand pays d’Afrique, a recensé plus de 50 000 cas depuis la fin février, dont quelque 1 750 décès, mais elle observe une lente décrue des infections quotidiennes depuis plusieurs semaines.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde avec AFP

[ad_2]

Source link

Related Post