flambée des prix du cuivre sur fond de déficit de l’offre et d’augmentation de la demande

151 0

[ad_1]

(Agence Ecofin) – Le cuivre a atteint 6 800 $ la tonne cette semaine et la hausse pourrait continuer selon plusieurs analystes. Le déficit de l’offre, induit par une hausse brutale de la demande chinoise et une production en baisse, constitue le moteur de cette situation qui devrait profiter à la RDC et à la Zambie.

Le cuivre s’est négocié cette semaine à 6 800 $ la tonne sur les marchés mondiaux, soit son plus haut niveau depuis deux ans. Selon plusieurs analystes relayés par Bloomberg, la tendance haussière du métal rouge devrait se poursuivre dans les prochaines semaines, notamment en raison d’une baisse de l’offre mondiale.

Cela se justifie, apprend-on, par une demande accrue en provenance de Chine, premier consommateur mondial, dont l’économie se relève de la pandémie de Covid-19. La reprise économique dans l’empire du Milieu s’est en effet accompagnée d’un achat massif de cuivre, alors même que l’offre n’a pas encore retrouvé ses niveaux d’avant la crise. Les mines d’Amérique latine, qui fournissent la majeure partie de la production mondiale, ne sont pas encore pleinement opérationnelles, après les restrictions liées au coronavirus.

« C’est comme si nous entrions dans une période où il n’y a tout simplement pas assez de cuivre […], car la Chine absorbe tout », explique George Daniel, gestionnaire de fonds chez Red Kite Capital Management, précisant que le métal pourrait atteindre bientôt 7 500 $ la tonne. Les experts de Citigroup vont même plus loin, prévoyant 8 000 $ si l’offre mondiale ne comble pas rapidement la demande.

Alors que la plupart des opérations minières en Afrique fonctionnent sans perturbations depuis le début de l’année, la hausse des prix du cuivre est une bonne nouvelle. La RDC et la Zambie, principaux producteurs africains, mais aussi la Namibie ou l’Afrique du Sud, devraient augmenter leurs recettes d’exportation dans ce secteur.

Lire aussi :

14/02/2020 – Coronavirus : ces pays africains miniers qui ont des raisons de s’inquiéter pour leur économie



[ad_2]

Source link

Related Post