sept Chinois condamnés à des peines de 6 à 11 ans de prison pour braconnage

30 0

[ad_1]

(Agence Ecofin) – Au Malawi, sept braconniers chinois ont écopé de peines allant de 6 à 11 ans de prison pour trafic de défenses d’éléphants, de cornes de rhinocéros et d’écailles de pangolins. Selon la justice, ils sont membres d’une organisation criminelle qui opère sur le territoire depuis une décennie.

Lundi 20 juillet 2020, la justice du Malawi a condamné un groupe de criminels chinois spécialisés dans le braconnage à des peines allant jusqu’à 11 ans de prison.

Selon le Tribunal de Lilongwe, l’organisation criminelle qui opère depuis une décennie au moins a été coupable de trafic de défenses d’éléphants, de cornes de rhinocéros et d’écailles de pangolins, considéré comme un crime dans le pays. Les individus ont été arrêtés en 2019 à la suite d’une action coordonnée de la police et du département de la faune sauvage, rattaché au ministère malawite des Ressources naturelles.

Au total, sept Chinois ont été déférés devant la justice malawite. Yunhua Lin, le cerveau du groupe, arrêté en août 2019 à la suite d’une chasse à l’homme qui a duré trois mois et sa femme Quin Hua Zhang ont écopé des plus lourdes peines, soit 11 ans de prison. Deux autres Chinois ont été condamnés à sept ans de prison chacun pour possession illégale de cornes de rhinocéros, et trois autres à six ans pour possession illégale d’écailles de pangolin et travail sur l’ivoire.

Cette annonce intervient alors que les pays africains essayent d’endiguer le fléau du braconnage qui impacte fortement la faune du continent. En raison des supposées vertus thérapeutiques, la demande (asiatique) en cornes de rhinocéros ou d’éléphants a contribué à dynamiser un trafic illégal qui s’alimente notamment via le braconnage en Afrique. On estime que chaque année, 40 000 pachydermes essentiellement originaires d’Afrique meurent du braconnage.

Pour Brighton Kumchedwa, directeur du département de la faune sauvage du Malawi, les nouvelles condamnations représentent « une victoire pour le Malawi » qui n’est plus un « terrain de jeu pour ces criminels de la nature ».

Notons que deux Malawites membres de l’organisation criminelle ont également écopé chacun d’une peine de prison d’un an et demi.

Moutiou Adjibi Nourou     



[ad_2]

Source link

Related Post