Contribution

Pour déstabiliser l’Algérie, on s’attaque à sa tête

Beaucoup de campagnes de déstabilisation sont discrètes et utilisent des subterfuges et des intermédiaires pour atteindre leurs fins. Quand des soupçons naissent, les instigateurs crient à la théorie du complot ou à la paranoïa. Mais il arrive qu’une action, mal dissimulée ou trop grossière vienne révéler toute la stratégie des déstabilisateurs.

C’est ce qui s’est passé avec un article récent d’un site d’ « information » marocain dans lequel un journaliste tente de déstabiliser l’Algérie en visant sa tête : son Président.

On pourrait croire que ma contribution vise à défendre une personne, mais c’est bien l’Algérie et ses institutions que je souhaite défendre en révélant au plus grand nombre les manœuvres de nos voisins et d’autres lobbys ne pouvant supporter l’éventualité d’une émergence de l’Algérie en tant que puissance.

En effet, l’élection d’Abdelmadjid Tebboune à la magistrature suprême semble en déranger plus d’un lorsqu’on lit les articles publiés sur les sites de désinformation du pays voisin (ou plutôt « ennemi » comme l’a dit le Consul Marocain à sa population venue chercher du travail à Oran).

Comme expliqué cette attaque révèle, par sa vacuité, les objectifs réels de ses instigateurs. Technique habituelle : on s’attaque aux enfants des dirigeants pour les faire dévier de leur ligne. Ce sport est devenu une habitude des « journalistes » mercenaires qui font chanter les personnes exposées en menaçant de détruire leur réputation, même avec des mensonges.

Cette atmosphère, entretenue notamment par les lobbys étrangers (que l’on ne vienne pas nous parler de théorie du complot, le media est ici clairement marocain et n’a même pas pris la peine d’utiliser un prête nom algérien pour essayer de salir des réputations) arrivent même à peser sur le moral des fonctionnaires de l’Etat qui ont l’impression d’être sous une loupe permanente qui pourraient même toucher leurs familles, alors qu’ils sont au service du pays.

Dans le cas que l’on évoque ici, ne trouvant aucun angle d’attaque on en arrive à ne trouver comme seul reproche aux enfants du Président d’avoir des chauffeurs ! Est-il aujourd’hui condamnable d’être les enfants d’un Président, d’un Ministre, d’un représentant de la fonction publique ? Bien sûr que non, mais en attaquant la famille des personnes qui sont au service de l’Etat, et qui doivent protéger notre intérêt à tous, les ennemis de l’Algérie comptent les faire dévier de leur mission. Nous devons en avoir conscience en tant que citoyen.

L’opération mains propres du Président visant à assainir le climat des affaires et à corriger certaines dérives du secteur public avait déjà fait jaser dans beaucoup de cercles. Mais le plan actuel du Président pour faire de l’Algérie la puissance économique qu’elle a toujours mérité d’être ne passe pas pour certains qui sont prêts à tout pour saborder notre émergence. Comment critiquer un président qui a pris ses fonctions il y a moins d’un an et qui « récupéré » le pays dans un état catastrophique ? Ces attaques envers le Président et sa famille sont le résultat de plans prémédités qui vise l’Algérie toute entière.

Contrairement au Maroc, les reformes algériennes actuelles sont le fruit de débats impliquant toutes les parties prenantes de la société, et nous n’avons nullement besoin de conseils étrangers pour mener à bien notre mutation. Cela ne veut pas dire que nous sommes un pays fermé, au contraire les flux financiers entre l’Algérie et l’Europe sont les plus importants du Maghreb, mais cela signifie que nous sommes un pays souverain et que personne ne nous fera dévier de notre ligne.

Salim M.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer