les restrictions se multiplient dans le monde

29 0

[ad_1]

A Barcelone, en Espagne, le 24 juillet.

Contrôles de voyageurs en Europe, restrictions pour les étudiants étrangers aux Etats-Unis, port du masque obligatoire, reconfinement local : les mesures sanitaires contre l’épidémie de Covid-19 reprennent de la vigueur, alors que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’inquiète pour l’Europe et que les cas se multiplient sur le continent américain.

Plus de 15 millions de personnes ont été officiellement infectées depuis le début de la pandémie fin 2019, dont plus de huit millions pour le seul continent américain et au moins trois millions en Europe. Au total, 633 711 personnes sont mortes du Covid-19 dans le monde, selon un bilan établi, vendredi 24 juillet, par l’Agence France-Presse (AFP) à partir de sources officielles.

  • Les restrictions se multiplient en Europe

En Europe, l’épidémie a tué 207 118 personnes pour plus de trois millions de cas, selon l’AFP. « La récente résurgence de cas de Covid-19 dans certains pays après l’assouplissement des mesures de distanciation est certainement une cause d’inquiétude », a déclaré une porte-parole de la branche européenne de l’OMS. L’organisation onusienne a appelé les pays européens à rester réactifs et à lever les restrictions « avec attention », voire à les réintroduire si besoin.

Plusieurs pays de la région ont renforcé les contrôles des voyageurs. L’Allemagne propose des tests gratuits aux voyageurs de retour dans le pays. La Norvège a, elle, de nouveau imposé des restrictions sur les voyages avec l’Espagne. Et la France a rendu obligatoires les tests pour les voyageurs arrivant de seize pays, dont les Etats-Unis et l’Algérie.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : le premier ministre durcit les conditions d’entrée en France

Le premier ministre, Jean Castex, a également recommandé aux Français d’« éviter » de se rendre en Catalogne, dans le nord-est de l’Espagne, où le gouvernement a ordonné vendredi la fermeture des discothèques et bars de nuit face à l’augmentation des infections. La protection civile régionale a interdit aussi l’ouverture des salles de concert disposant d’une piste de danse et impose un couvre-feu à minuit dans les établissements de jeux, les casinos, les bars et les restaurants.

La mesure, effective samedi et pour deux semaines, a été décidée alors que le pays enregistrait 280 nouveaux cas de Covid-19 en vingt-quatre heures, trois fois plus qu’il y a deux semaines. Près de la moitié des nouveaux cas ont été enregistrés en Catalogne, où les autorités ont demandé il y a une semaine aux quatre millions d’habitants de la capitale régionale, Barcelone, de se confiner sauf urgence.

  • Les Etats-Unis limitent l’entrée des étudiants étrangers

Aux Etats-Unis, pays le plus endeuillé avec 145 000 décès liés au Covid-19, plus de 70 000 nouveaux cas ont été dénombrés vendredi, ainsi que 1 150 morts, selon le comptage de l’université Johns-Hopkins, qui fait référence. Le nombre total d’infections diagnostiquées sur le sol américain depuis le début de la pandémie est de 4,1 millions.

Le gouvernement Donald Trump, qui, dans le contexte de la pandémie, a déjà suspendu la délivrance de visas, a ciblé vendredi les étudiants étrangers : ceux-ci ne pourront plus entrer aux Etats-Unis si leurs cours sont en ligne, ce qui risque d’être le cas dans de multiples universités à cause du coronavirus. Le pays compte près d’un million d’étudiants étrangers. Dans le même temps, sous la pression de la Maison Blanche qui veut réactiver l’économie, les autorités sanitaires ont mis à jour de nouvelles règles pour favoriser un retour en classe des élèves américains à la rentrée.

Dans ce pays, l’imposition du port de masque gagne aussi du terrain : le géant des fast-foods McDonalds va obliger tous ses clients à en porter à partir du 1er août, imitant ainsi plusieurs grands groupes accueillant du public, comme Walmart.

  • Quatre millions de cas en Amérique latine et aux Caraïbes

Des proches de patients atteints du Covid-19 font la queue pour recharger des bouteilles d’oxygène médical, dans la banlieue d’Arequipa, au sud du Pérou, le 23 juillet 2020.

En Amérique latine et aux Caraïbes, le seuil des quatre millions de cas a été franchi. Le Brésil à lui seul compte désormais plus de 2,2 millions de cas. La situation est particulièrement dramatique au Pérou, où le système sanitaire de la deuxième ville du pays, Arequipa, est totalement saturé. Les médias locaux ont rapporté que des patients atteints du Covid-19 dormaient sous des tentes installées près des hôpitaux et que d’autres passaient la nuit dans leurs voitures garées à proximité, dans l’espoir d’obtenir un lit et d’être soignés.

Au Brésil, le maire de Sao Paulo, Bruno Covas, a annoncé vendredi le report sine die du carnaval de la plus grande métropole du Brésil en raison du coronavirus. « Tant les écoles de samba que les blocos [défilés de rue] du carnaval comprennent l’impossibilité d’organiser un carnaval en février prochain », a déclaré l’édile en annonçant le report de la plus grande fête de l’année. Rio de Janeiro réfléchit à cette option.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Mexique, l’optimisme du président « AMLO » critiqué face au bilan désastreux du coronavirus

La Bolivie a reporté au 18 octobre des élections générales prévues le 6 septembre. Le Panama a, quant à lui, annoncé qu’il renonçait à organiser la Coupe du monde féminine de football des moins de 20 ans, qui devait avoir lieu début 2021, ainsi que les Jeux sportifs d’Amérique centrale et des Caraïbes de 2022.

  • Port du masque et reconfinement local dans plusieurs pays

Ailleurs dans le monde, les chiffres continuent aussi à progresser. La Corée du Sud a signalé, samedi, une recrudescence des cas de nouveau coronavirus, enregistrant son bilan le plus élevé en près de quatre mois (113 nouveaux cas, dont 86 personnes arrivées de l’étranger). En Inde, 740 nouveaux décès attribués au Covid-19 ont été recensés vendredi. Avec 30 000 décès, le pays est devenu le sixième comptant le plus de morts, derrière les Etats-Unis, le Brésil, la Grande-Bretagne, le Mexique et l’Italie.

Plusieurs pays ont choisi d’imposer à nouveau des mesures de confinement partiel. Les quelque 10 millions d’habitants de Tokyo ont ainsi été invités à rester chez eux depuis jeudi, premier jour d’un long week-end férié. En Afrique du Sud, les écoles publiques vont de nouveau fermer pour un mois.

Les habitants de Melbourne, en Australie, sont tenus depuis jeudi de porter un masque. Même chose à Hongkong, mais aussi en Autriche ou en Belgique, où le port du masque est obligatoire à partir de samedi sur les marchés, dans les rues commerçantes, dans les hôtels, cafés et restaurants. Le Royaume-uni a lui aussi décidé de rendre le masque obligatoire dans les magasins depuis vendredi.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Coronavirus : l’Australie sur la corde raide
  • La crise pourrait déclencher des migrations « massives »

Le bilan économique dévastateur de la pandémie dans le monde risque de déclencher de nouvelles vagues de migrations, a averti vendredi la Croix-Rouge. « De nombreuses personnes qui perdent leurs moyens de subsistance peuvent se sentir obligées de se déplacer une fois que les frontières commenceront à s’ouvrir. Il ne faut donc pas être surpris de voir une augmentation massive de la migration dans les mois et les années à venir », a affirmé Jagan Chapagain, secrétaire général de la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR), dans un entretien à l’AFP, tout en réclamant un soutien international urgent pour « soulager ce désespoir ».

Jagan Chapagain craint également que les inégalités en matière de santé poussent davantage de personnes à migrer. « Les gens pourraient sentir qu’ils ont de meilleures chances de survie de l’autre côté de la mer », a-t-il fait valoir, en ajoutant qu’un autre facteur important de ces déplacements serait « la disponibilité des vaccins ».

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde

[ad_2]

Source link

Related Post