Innovation

que vaut ce vidéoprojecteur laser à moins de 1 000 euros?


Peut-on proposer la démocratisation de la vidéoprojection laser sans faire de compromis inacceptables sur la qualité d’image ? C’est tout l’enjeu de cet EF-100 d’Epson qui, certes, affiche un prix contenu mais qui, en échange, fait quelques choix technologiques discutables. De fait, plus encore que sa qualité intrinsèque (luminosité du laser, longévité de sa lampe et allumage instantané), la question qui est posée, c’est de savoir à qui et à quel usage ce vidéoprojecteur est vraiment destiné. 

Compact à tout prix ?

Epson le clame haut et fort : son EF-100 est le plus petit vidéoprojecteur laser Tri-LCD au monde (du moins parmi les modèles qui offrent une luminosité minimale de 500 lumens). De fait, ses dimensions étonnent : 21 cm de long pour 23 cm de large et seulement 9 cm de haut, le tout pour un poids inférieur à 3 kg (2,7 kg exactement). Il existe en deux coloris, noir ou blanc, qui déterminent également sa référence exacte EF-100B (pour black), et EF-100W (pour white). Compte tenu de sa taille et de son poids, ce projecteur peut-être emporté partout, en vacances et même chez des amis pour une séance à plusieurs. C’est là son principal avantage. Mais la recherche absolue de compacité n’est pas sans entraîner une certaine rigidité dans la conception. De fait, il est, par exemple, doté d’un objectif fixe, sans zoom mécanique (uniquement électronique) ce qui oblige à le déplacer en fonction de la taille d’image souhaitée. 

Le fait qu’il soit compact n’est pas étranger à une fiche technique partiellement rabotée. En effet, le vidéoprojecteur d’Epson est doté de trois panneaux LCD de résolution WXGA (1200 x 800 pixels) et d’une source lumineuse laser basée sur une roue phosphore. Si le choix de la source est heureux puisqu’il permet, en théorie, d’atteindre les 20 000 heures de projection (soit une utilisation quotidienne pendant environ 10 ans), celui de la résolution laisse pantois. 1200 x 800 pixels. C’est du HD Ready et en 2020 ce n’est tout simplement plus permis. Epson pourra toujours arguer du prix de son projecteur ou du fait qu’il est tout de même capable de lire les contenus jusqu’en 4K (même s’il ne les restitue qu’en HD Ready), mais à notre sens un minimum de sérieux aurait consisté à proposer une résolution en 1080P.

Prise en main : un produit très grand public

Voilà l’autre point sur lequel l’EF-100 excelle : il est d’une simplicité d’utilisation exemplaire. Il suffit de le relier à une source et de l’allumer pour que l’image se projette immédiatement sur le mur ou l’écran de son choix. 

Les réglages de base sont également un jeu d’enfant. La taille de la diagonale dépend de l’éloignement du projecteur par rapport au mur. Il suffit donc de le bouger pour obtenir une image qui peut atteindre 150 pouces…en théorie. En pratique, pour une qualité d’image acceptable nous vous recommandons de vous limiter à environ 100 pouces. Le trapèze se corrige en un aller/retour dans les menus du produit, très clairs, et la netteté se règle grâce à la molette sur la surface supérieure du vidéoprojecteur. Au final, il ne faut que quelques secondes pour obtenir une image intéressante et débuter sa projection.

Enfin, et c’est une très bonne idée, Epson permet de placer l’EF-100 à la verticale et ainsi de projeter l’image… sur son plafond. Idéal pour un petit film dans le lit !

Une luminosité très satisfaisante mais un contraste limité

C’est évidemment sur la qualité d’image que l’EF-100 est le plus attendu. La proposition d’un projecteur laser à moins de 1 000 euros ne peut être valable sans un certain niveau de rendu. Naturellement, c’est sur les qualités naturelles du laser qu’Epson fonde ses espoirs. Les sources laser sont généralement très lumineuses et celle de l’EF-100 ne déroge pas à la règle avec 2000 lumens annoncés sur la fiche technique. Bien évidemment, il s’agit d’une valeur théorique et variable en fonction de la puissance du laser et de la taille de l’image a éclairer. Mais de manière générale, le projecteur compact d’Epson peut être qualifié de lumineux.  En matière de colorimétrie c’est également plutôt positif avec des réglages d’usine étonnement justes. La crainte habituelle concernant les projecteurs laser de voir tirer les couleurs vers le rouge n’est pas justifiée dans notre cas, bien au contraire. 

En revanche, c’est sur le contraste que l’EF-100 s’effondre complètement. À l’oeil nu, les noirs paraissent délavés et tendent clairement vers le gris. Les mesures de notre labo ne feront que confirmer l’impression visuelle avec des valeurs parmi les plus basses que nous ayons relevées au cours de nos derniers tests. 

Nous ne pouvons clore ce passage sur la qualité d’image sans évoquer deux défauts supplémentaires. Il y a tout d’abord ces deux affreuses bandes claires qui entourent l’image en haut et en bas. Cette zone grisâtre a pour effet de réduire la surface utile de projection en plus de polluer l’image. Enfin, au cours de nos visionnages, nous avons constaté un souci relativement récurrent en termes de fluidité de l’image. Les mouvements latéraux occasionnent des saccades régulières et particulièrement désagréables. 

Connectique : l’essentiel est là, bien caché

La partie connectique du vidéoprojecteur est parfaitement dissimulée à l’arrière de la bête. Le panneau arrière sert, en effet, de cache en plastique et permet d’accéder aux différents ports. On y trouve une entrée HDMI, un port USB, un autre mini-USB et suffisamment de place pour y loger un chromecast qu’on voudrait dissimuler par exemple.

Malheureusement, le port USB ne sert que de source d’alimentation et ne peut être utilisé pour une quelconque projection. Son intérêt est donc très limité. En matière de connectique, Epson se contente de l’essentiel mais dans le cas de ce projecteur laser c’est tout sauf anodin. En effet, l’EF-100B n’est pas doté d’un véritable OS mais d’un simple menu de réglages. Ne disposant pas de connexion sans fil, il est dépendant des appareils qui lui seront associés à tous les niveaux. Si vous disposez d’une platine Blu-ray, d’une Nvidia Shield, d’une Apple TV ou d’une console de jeu, vous aurez la possibilité d’en tirer pleinement profit, mais en dehors d’une source externe de qualité, son usage est extrêmement limité. Certes c’est le cas de nombreux projecteurs mais c’est un point sur lequel il vaut mieux être averti lorsqu’on investit près de 1000 euros. 

Silencieux mais perfectible en audio 

S’il est un point sur lequel l’EF-100 fait bonne figure c’est sur le bruit émis. En effet, avec quelques 30 dB émis, il fait partie des projecteurs jugés silencieux et à moins qu’il ne soit collé à votre oreille vous ne souffrirez pas de son léger bourdonnement. 

En revanche, en matière de qualité audio, le projecteur d’Epson ne fait pas de miracle. Sa compacité l’oblige à se limiter à un haut-parleur de 5W qui peut dépanner le cas échéant mais qui devra être couplé à un meilleur système audio (en Bluetooth par exemple) pour que la séance de cinéma à la maison ne soit pas trop décevante. En définitive, côté son, malgré une compacité qui limite ses capacités, l’EF-100 fait moins de compromis néanmoins que sur la qualité d’image. 

Votre paragraphe ici





Source link

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer