Innovation

comment l’eSport remplace le sport pendant l’épidémie


Le sport a été l’un des premiers secteurs touchés par l’épidémie de Coronavirus. Après l’interdiction de rassemblements de supporters, ce sont les plus grandes compétitions tous sports confondus qui ont été mises en pause, annulées ou reportées les unes après les autres. Qu’il s’agisse de Roland Garros, de la saison de NBA en cours ou encore de l’Euro 2020 et des Jeux Olympiques, le monde du sport a été placé dans un coma artificiel. 

Dans ce contexte exceptionnel, les sportifs se sont vus offrir deux possibilités : mettre leur corps au repos ou… exercer leur sport virtuellement.

La NBA continue sur 2K

Le premier grand championnat à avoir migré vers une plate-forme virtuelle est sans doute la NBA, la ligue de basket nord-américaine. Mise à l’arrêt le 12 mars après le test positif du français Rudy Gobert au Covid-19, la ligue a très tôt eu l’idée d’organiser un tournoi sur le plus populaire des jeux de basket : NBA 2K 20. 16 joueurs professionnels, parmi lesquels figurent des stars telles que Kevin Durant,  Trae Young ou encore Donovan Mitchell, s’affrontent donc en ligne depuis leur domicile au cours d’un événement retransmis en direct par ESPN, la grande chaîne de sport nationale. Le tournoi, qui a débuté le 4 avril, doit s’achever samedi 11 avril. Le vainqueur se verra récompensé d’une somme de 100 000$ qui sera immédiatement reversée à une oeuvre de charité.

FIFA 20 dépasse les frontières

La plus célèbre des licences de sport, Fifa, est également mise à contribution pendant cette période de vaches maigres. La renommée du jeu vidéo le plus vendu au monde fait qu’il dépasse les frontières des disciplines et permet de faire s’affronter des sportifs issus de divers univers. C’est l’ambition par exemple du tennisman Nicolas Mahut qui a mis en place le « Restezchezvous Trophy », un grand tournoi de foot virtuel mêlant sportifs professionnels et internautes. Parmi les célébrités engagées, il y a le Belge du PSG, Thomas Meunier, l’attaquant international Kevin Gameiro ou encore des habitués de la petite balle jaune avec Lucas Pouille et Benoît Paire. Le tournoi s’organise autour de quatre tableaux de 512 joueurs et d’un tableau parallèle regroupant les célébrités. Pour participer, chaque joueur doit faire un don minimum d’un euro. La cagnotte finale constituera un fond qui sera reversé aux hôpitaux de Paris.

FIFA20 est également le moyen qu’utilisera le championnat de football mexicain pour jouer son tournoi final. En effet, chacun des 18 clubs que compte la Liga MX est invité à désigner trois joueurs dans son effectif. Ceux-ci représenteront leur équipe au cours d’un tournoi qui sera diffusé sur les principales chaînes de télé du pays au rythme de deux journées de championnat par semaine. Comme dans la véritable compétition, les huit meilleures équipes s’affronteront dans une phase finale à élimination directe. La ligue mexicaine de football a tenu à préciser que même si la situation sanitaire évoluait dans le bon sens et que la compétition officielle pouvait reprendre, le tournoi virtuel sur FIFA20 devrait être mené à son terme. 

Les sports automobiles plutôt bien lotis

En cette période de confinement, ce sont les sportifs automobiles qui semblent être les plus à même d’éprouver leurs sensations habituelles. En effet, par leur qualité, certaines simulations automobiles se rapprochent de l’expérience d’une conduite sportive. Ainsi, dans le sport auto, les compétitions virtuelles n’ont pas tardé à remplacer, au moins symboliquement, leur équivalent réel. Concrètement, alors que la Formule 1 était contrainte de revoir une grande partie de son calendrier en reportant ou en annulant les sept premiers grands prix de la saison, une compétition virtuelle parallèle se mettait en place. Le F1 Esports Virtual Grand Prix Series se joue sur la version PC de F1 2019 et voit s’affronter plusieurs pilotes professionnels. Charles Leclerc, Lando Norris ou encore Jenson Button ont déplacé leur joutes sur des circuits virtuels. 

Parallèlement, lundi 6 avril a eu lieu la première manche de l’Esports WTCR, une compétition de « simracing » qui a vu s’affronter gamers et pilotes professionnels. Diffusée sur Eurosport, la première manche a lieu sur le circuit du Hungaroring a vu s’affronter le français Yann Ehrlacher ou encore Norbert Michelisz, ancien joueur devenu pilote grâce à ses performances en ligne.

13 coureurs pro sur un tour des Flandres virtuel

L’expérience la plus ambitieuse et sans doute la plus plus proche de la réalité est à mettre à l’actif d’un groupe de cyclistes professionnels. Treize d’entre eux, et non des moindres, ont pris le départ d’une course virtuelle : le Tour des Flandres. Parmi les partants, le dernier vainqueur de la Ronde, Alberto Bettiol, l’un ces coureurs les plus en vue du moment, Remco Evenepoel ou encore Greg Van Avermaet qui a connu les joies d’un podium sur la version réelle de la course à trois reprises. C’est ce dernier qui a remporté, depuis son grenier, la course virtuelle. 

Un Masters 1000 virtuel et caritatif à Madrid

Sur les courts, la première initiative est venue d’Espagne. En effet le Masters 1000 de Madrid, qui est l’un des événements majeurs du début de la saison en terre battue, n’aura pas lieu. L’Espagne faisant partie des pays les plus durement touchés par la pandémie, les organisateurs du tournoi ont déjà annoncé que celui-ci était certes annulé, mais aussi remplacé par une épreuve virtuelle qui se jouera sur le jeu Tennis World Tour. Comme pour les autres initiatives le tournoi a aussi des visées caritatives. Ses organisateurs ont annoncé qu’ils comptaient récolter quelques 200 000 euros à partager entre joueurs fragilisés et associations d’aide aux victimes du coronavirus. 





Source link

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer