Innovation

Comment la télévision en direct s’adapte au confinement


« Bienvenue dans qui veut gagner des millions à la maison ». Il y a quelques mois, qui aurait imaginé que le jeu phare de TF1 serait présenté depuis l’appartement de Camille Combal, son présentateur ? En seulement quelques semaines, la pandémie de Covid-19 a eu la peau des immenses plateaux de télévision. Si certains programmes comme Quotidien ou C à vous sont toujours animés depuis leur traditionnel studio (sans public, avec une équipe réduite et des invités en vidéoconférence), de nombreux autres dépendent désormais de la débrouillardise de leurs équipes. 01net a souhaité faire un tour d’horizon à ce qui se fait en France et à l’étranger, histoire de conserver une trace de cette étrange période pour la petite lucarne. 

Merci Skype, FaceTime et Zoom 

Le premier à avoir montré l’exemple, c’est le gouvernement. À la suite de la première allocution d’Emmanuel Macron appelant les Français à rester chez eux pour freiner l’épidémie, les membres du gouvernement ont subitement disparu des plateaux télé. C’est par vidéoconférence ou téléphone que les ministres se sont soudainement mis à répondre aux questions des journalistes, histoire de montrer l’exemple. Au même moment, certaines émissions très populaires comme le Journal de 13h de TF1 ont à leur tour subi un remaniement spécial confinement. Par exemple, Jean-Pierre Pernaut intervient désormais en télétravail à la fin du JT  pour présenter des bonnes nouvelles tandis que les titres sont présentés par Jacques Legros, en plateau.

Cyril Hanouna, l’animateur de Touche Pas à Mon Poste sur C8, a abandonné son émission pour lancer Ce soir chez Baba, un talk show où il discute avec des invités par vidéo-conférence depuis son canapé (ou un pupitre). La production fait bien logiquement plus low-cost, filmer à l’iPhone n’offre pas la même qualité qu’une caméra à plusieurs dizaines de milliers d’euros. D’autant plus que les chroniqueurs interviennent par Zoom. 

Sur TF1, Arthur propose The show must go home, une émission diffusée en fin de soirée qui est une une vidéoconférence de groupe où chaque chroniqueur intervient depuis chez lui. Adieu la haute définition, adieu le bon son… On se croirait vraiment dans un apéro-vidéo entre amis, avec certaines personnes qui oublient de regarder la caméra. La télévision n’a finalement jamais été aussi authentique. Des chaines plus petites comme ES1 ou… la nôtre, 01TV, ont elles aussi transformé leurs émissions phares en vidéo-conférences. 

Sur TF1, on trouve un bêtiser fait maison (filmé depuis les appartements de Christophe Beaugrand et de Karine Ferri) suivi d’un remake très particulier de Qui Veut Gagner des Millions depuis l’appartement de Camille Combal, accompagné d’un seul cadreur. Ses invités répondent aux questions par Skype et, confinement oblige, l’avis du public a été remplacé par l’appel à un téléspectateur. Qui aurait imaginé que la première chaîne d’Europe diffuserait une émission où l’invité est si peu inaudible et freeze de temps en temps ? Quoiqu’il en soit, on ne peut que sourire en voyant que même les stars du petit écran sont confinées chez elles. Le pari est plus que réussi. 

Enfin, une autre initiative appelée Ensemble avec nos soignants a été diffusée le 24 mars sur France 2. Il s’agit d’un étrange format hybride où les deux animateurs sont présents en plateau… mais ne reçoivent leurs invités que par appels vidéo. Certains sont interviewés, d’autres chantent depuis chez eux. Une drôle de version confinée des émissions que l’on a habitude de voir le soir après 21h à la télévision. 

Aux États-Unis, les « late show » montrent l’exemple 

Placés en quarantaine quelques jours après la France, les États-Unis, qui servent généralement d’exemple en matière de télévision, ont suivi une trajectoire similaire à la nôtre. L’exemple le plus fragrant est celui des « late shows », ces émissions ultra populaires diffusées à 23 heures ou minuit chaque soir. Après une semaine de présentation anxiogène sans public (des monologues sans rire sont assez déconcertants), Jimmy Fallon, Stephen Colbert, Jimmy Kimmel et leurs acolytes sont finalement rentrés chez eux sans aucune visibilité sur ce qu’il allait advenir de leurs émissions. Dans un live Instagram, Jimmy Fallon expliquait même, d’un ton paniqué, ne pas savoir quand son Tonight Show reviendrait à la vie.

Ce qu’il s’est passé ensuite relève presque du miracle. Pour occuper leurs fans confinés, ces célèbres animateurs ont commencé à se filmer avec leur iPhone, sans micro, depuis chez eux. Stephen Colbert raconte des blagues dans son bain, Jimmy Fallon parle du confinement depuis chez lui, Jimmy Kimmel se moque de Donald Trump… Ces séquences sur YouTube ont fait le buzz et ont permis aux late shows de revenir à la vie. Quelques jours plus tard, ils étaient de retour à l’antenne de leurs chaînes respectives en format « Home Edition ». Chaque jour, Jimmy Fallon tient son monologue dans une pièce différente de sa maison et appelle des stars grâce à FaceTime pour discuter avec eux de leur vie confinée. La production a gagné en qualité au fur et à mesure des jours, chaque animateur ayant pu récupérer une caméra plus professionnelle et un micro. Cela ne nous empêche pas d’avoir des séquences plus authentiques comme celle où, par exemple, Jimmy Fallon se filme avec une perche à selfie pendant qu’il marche avec sa femme. Son public découvre ainsi cette partie de sa vie qu’il cache habituellement. 

Si nous ne citons ici que trois acteurs majeurs (ceux qui font la plus grosse audience), la plupart des autres présentateurs de late shows ont suivi une trajectoire similaire. Dans certains cas, comme avec John Oliver et son émission hebdomadaire Last Week Tonight, le format est même resté identique. L’humoriste anglais parle juste depuis une pièce de chez lui, sans public, plutôt que depuis un plateau.

Des initiatives amusantes 

Toujours aux États-Unis, certaines transformations de confinement nous ont aussi intéressés. Par exemple, l’émission American Idol, qui est l’équivalent de la Nouvelle Star, a décidé d’envoyer à chacun de ses candidats, en partenariat avec Apple, un iPhone de dernière génération. Avec ce dernier, ils peuvent enregistrer leurs performances qui seront ensuite diffusées à l’antenne. Certes, l’émotion est sans doute différente que sur scène devant des milliers de spectateurs, mais American Idol peut au moins continuer à être diffusé presque normalement. 

Le Saturday Night Live, la célèbre émission de sketchs avec une troupe d’humoristes permanents, a elle aussi dû trouver une solution à cette situation inattendue. C’est finalement encore une fois grâce à Zoom que le SNL a survécu. Les humoristes ont chacun enregistré des sketchs depuis chez eux et ont utilisé la vidéoconférence pour s’amuser à parodier le télétravail. L’émission n’a plus grand-chose à voir avec le programme original, l’absence de microphones de qualité se fait sentir, mais le SNL peut de nouveau être diffusé.

Vous avez aussi peut-être entendu parler du concert Together at home co-diffusé par plusieurs chaines du monde entier et des services de streaming. Là-encore, chaque chanteur intervenait depuis son domicile.

Enfin, nous souhaitions évoquer une idée venue d’Argentine qui nous a bien fait rire. L’émission Telefe a décidé d’utiliser des robots en plateau pour remplacer les animateurs. Chacun d’entre eux dispose d’un écran qui projette l’image de l’animateur ou d’un invité. Le footballeur Angel Di Maria a ainsi pu raconter son confinement à Paris tout en étant « physiquement » présent sur le plateau argentin. 

Finalement, toutes ces expériences nous montrent qu’à l’heure de la Fibre optique, de la 4G, et des smartphones capables de filmer en 4K, il est devenu possible d’organiser une émission suivie par des dizaines de millions de personnes avec un budget ridicule. Nul doute que, dans le futur, ces expériences grandeur nature pourront servir d’exemple.  





Source link

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer