Innovation

Zoom, le service de vidéoconférence ultra-populaire, attire aussi les trolls et les pirates



La crise du coronavirus a fait de Zoom l’un des services de visioconférence les plus utilisés au monde, ce qui n’a pas échappé aux mauvais esprits. Check Point Research a observé une augmentation sensible du nombre de noms de domaine imitant celui de Zoom dans le but de piéger les utilisateurs. De fausses applications Zoom sont également en circulation. Il faut donc faire extrêmement attention aux liens que l’on visite et aux logiciels que l’on installe.

La manière dont on crée sa réunion Zoom est également importante. Dans de nombreux cas, les liens de connexion Zoom sont simplement partagés en ligne, accessibles à tous.

Selon le FBI, certains mauvais farceurs en profitent pour se connecter et polluer la réunion : ils profèrent des injures, hurlent des paroles néo-nazis ou diffusent des films porno grâce au partage d’écran.
C’est d’ailleurs ce qui est arrivé à notre consoeur américaine Jessica Lessin, de The Information. En pleine réunion, des inconnus se sont connectés et ont partagé des contenus pornographiques. Les intrus avaient bien prévu les choses puisqu’ils disposaient de plusieurs comptes pour éviter d’être totalement bannis de la réunion.

Pour éviter ce genre de surprise, l’agence américaine recommande, entre autres, de verrouiller l’accès aux sessions Zoom par un mot de passe et de limiter le partage d’écran à l’organisateur.

Sources : Check Point Research, FBI





Source link

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer